Services aux victimes

Le CJC de Burlington s'efforce d'être centré sur la victime / survivant et informé sur les traumatismes dans tous ses programmes et pratiques. En plus de notre programme de justice parallèle pour les victimes d'actes criminels , nos agents de liaison avec les victimes travaillent avec les parties concernées lorsque la partie responsable est référée à un processus de justice réparatrice.

Rôle de l'agent de liaison avec les victimes au sein du comité de justice réparatrice

Nous veillons à ce que les personnes touchées par le crime se voient offrir la participation au processus de réparation. La liaison avec les victimes relie le comité de justice réparatrice (représentant la communauté) aux personnes touchées par le crime. Un des principaux rôles de l'agent de liaison avec les victimes est de fournir suffisamment d'informations et de soutien à la victime / au survivant / à la partie touchée pour permettre une participation sûre et significative.

Lorsque les victimes / survivants / parties concernées choisissent de ne pas participer au processus de justice réparatrice, l'agent de liaison avec les victimes essaie de trouver d'autres moyens de partager des informations sur l'impact de l'infraction avec le comité de justice réparatrice et, en fin de compte, avec la partie responsable. Cela garantit que la partie responsable comprend l'impact de ses actions sur les autres et peut maximiser ses amendes envers la victime / le survivant / la partie affectée.

Je ne peux pas vous dire à quel point je suis impressionné de voir le premier paiement financier reçu de (John).

 

Je connais (John) depuis un certain temps et j'avais des doutes sur le fait que nous verrions un jour une reconnaissance quelconque pour une mauvaise action. Vous avez rétabli ma foi en une sorte de système ayant reçu ce paiement.

 

Merci pour votre excellente communication à ce sujet.

-Gérant de magasin

À faire et à ne pas faire pour soutenir les victimes / survivants d'actes criminels

Faire:

· Dites "Je suis désolé pour ce qui s'est passé".

· Insistez auprès des victimes / survivants sur le fait que «ce n'est pas de votre faute».

· Soyez prêt à écouter la victime / survivante partager son expérience si elle veut parler du crime et de ses effets, et valider cette expérience avec empathie et soutien.

· Faites savoir à la victime / survivante que ses sentiments de colère, de détresse, de frustration, de peur, etc. ne sont pas rares et parfaitement justifiables.

· Comprenez que de nombreuses victimes / survivants auront des difficultés extrêmes à reconstruire leur vie après un crime et que certaines pourraient ne jamais se remettre complètement de l'expérience.

· Renseignez-vous sur la gamme possible de réactions des victimes / survivants et des services disponibles pour les victimes / survivants dans la communauté afin de pouvoir fournir un soutien approprié et sensible à court et à long terme.

Ne pas:

· Portez des jugements ou blâmez la victime / survivant pour le crime qui a été commis contre eux. Les seules personnes responsables du crime sont la ou les personnes qui l'ont commis. Le crime n'est JAMAIS la faute de la victime / survivante.

· Remettez en question la réaction de la victime / survivant au crime.

· Dites «je comprends», car il est impossible de vraiment comprendre le crime ou son impact sur la santé physique ou mentale de la victime / survivante.

· Essayez de comparer l'expérience de la victime / survivante à une expérience similaire, y compris la vôtre. Chaque victime / survivant a sa propre réaction face au crime et au préjudice, et il n'y a pas de «bonne» façon de réagir.

· Essayez de prendre des décisions et des choix pour une victime / survivante. Le crime est une violation de sa voix, de ses choix et de son contrôle sur sa vie. Puisqu'aucune victime / survivant ne choisit d'être victimisée ou n'a le contrôle du crime ou du préjudice commis contre elle, il est essentiel que les victimes / survivants soient en mesure de reprendre le contrôle et de prendre leurs propres décisions qui affectent leur vie.

«Servir les victimes d'actes criminels grâce à la justice réparatrice: un guide de ressources pour les dirigeants et les praticiens» , un rapport de l'Alberta, au Canada, disponible auprès du Vermont Center for Crime Victim Services.